Esprit Sensible, Monde Fragile

by Existe

supported by
Maison Planàterre
Maison Planàterre thumbnail
Maison Planàterre "Comme c'est grand la vie", cette phrase du Titre "La fin du jour" est prononcée avec tant de déchirements dans la voix que je me demande ce qu'il en retourne. C'est grand la vie, bien, mais comment grand? Grand au point de nous enthousiasmer, de nous émerveiller, grand au point de nous embrigader, de nous emprisonner, grand au point de craindre, d'avoir peur, grand au point de se sentir écrasé, de dépérir. Conclusion, à quoi pense-t-il pour faire une telle affirmation? À la fin du jour!? Favorite track: La Fin du Jour.
De Mendonça clément
De Mendonça clément thumbnail
De Mendonça clément La fin du jour, mais aussi La Dérape, et Anxieuse.
un Album (et un groupe) de sentiment Pure!
Une sincérité éclatante, une puissance sentimentale colossale, authentique! Favorite track: La Fin du Jour.
/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.

      name your price

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Digipack with booklet.

    Includes unlimited streaming of Esprit Sensible, Monde Fragile via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 21 days

      $10 USD or more 

     

1.
2.
01:01
3.
4.
03:42
5.
05:57
6.
7.
04:52
8.

about

Existe - Esprit Sensible, Monde Fragile:

Cyril Tousignant - Voix, guitares et autres
Arnaud Fillion - Basse
Fernando Aguero - Guitare
Émile Savard - Batterie

Mathilde Tousignant - Clarinette
David Potter et Conor Campbell - Voix additionnelles

Enregistrement et mixage par Kevin Shahin-Ménard
Mastering par Jean-Denis Arsenault
Illustrations par Cyril Tousignant

credits

released July 28, 2016

Limited to 197 copies

tags

license

all rights reserved
Track Name: La Fin du Jour
Les beautés négligées se font oublier.
Les animaux s’en évanouissent.
Les fleurs en meurent.
Le monde fragile s’écroule.

Mes yeux n’ont rien oublié
Ils déversent des chutes de tristesse,
Le crâne explose,
L’esprit sensible s’affaisse.

Comme c’est grand la vie!
Track Name: /​!​\
J'entends les rires, les faux-pleurs, l'exclamation répétée, une véritable farce.
Des grands écrans, des boîtes-à-rires, des machines qui roulent, qui explosent.
Des bouts de papier, peaux volées des arbres, pour civiliser l’homme.
Un grand rire, un trop grand rire, qui perce mes tympans, qui les massacre.
Des poussées folles, sans savoir pourquoi autant, faut les faire grandir, ces poupons.
Des drogues pour fuir, ils doivent fuir, parce qu’ils ne savent pas vraiment qui ils sont.
Ils forniqueront à leur tour et les amours frivoles vrais-ou-faux, seront, existeront.
Ah oui, ils feront agents immobiliers, avocats ou bien médecins,

Pour le prestige ou pour la paye!
Et puis y’a moi, seul, petit bonhomme allumette exclamé!
Track Name: Tête Manquante
''- Tu entends le mensonge horrible?
Cette perceuse qui prend ta tête comme cible?
Mal profond du cœur aux veines
Soudainement apparait le cancer de la haine
Déblatérant, comme un chien enragé
Cri comme un zélé, pauvre petite épave oisive
Va voir les arbres s'endormir, là, au pré
Sens-tu ta présence? L'harmonie vive?
J'avais oublié, tu n'es plus là...
Tu as tout perdu, même ta tête!
L’a tu vue rouler, dans la colline de tes prés?
- Je n'y vois rien, Je n'y vois rien
- En avais-tu seulement une?
- Oui, oui, seulement, j'ai oublié...
- Fonds-toi dans la couleur de l'automne.
De toute façon tu en prends déjà part.
Parce que entre toi et moi...
... On s'entendra pour dire que tu es déjà mort...
- Mes yeux sont grands ouverts mais mon cerveau est flou.
J'en perds de plus en plus, mon état se détériore
Par ces nuits d'angoisse, bercé par le sursaut des fous
Le cœur troué, par l'anxiété qui le dévore.''
Track Name: Anxieuse
C’est de l’hypocrisie tout autour?
Perce, défonce ma conscience!
J’ai peine à faire confiance!
Un pour tous et allez tous vous faire foutre!

Je ne crois plus en rien,
Les beaux rêves ne sont qu’illusion!
Ici, ils te détruiront, marginal;
En leur tête, une sorte de pulsion!

Et comme si c’était pas assez,
Mon être me crie : ‘’Ils sont tous contre toi!’’
Et pourtant, ils sont tous mes amis!
Oh, quelle désagréable vie!

Il n’y a rien ici, il n’y a que toi et moi qui regarde ton état dévasté
pour un possible rétablissement.

Ils essaient de détruire ce que je suis :
-‘’Plie-toi, à genoux, conforme-toi!’’
-‘’Jamais, je suis ce que je suis :
Je ne vaux rien mais vous valez encore moins…’’
Track Name: Surpopulation Humaine
Paysage malade;
Stérilité infirme.
Nature difforme;
Déconstruction nauséeuse.
Couleurs exilées;
Lumières éteintes.
Beautés balayées;
Flore forcée de feindre.
Ici repose la surpopulation humaine:
Le cimetière des rêves brisés...
Track Name: Les Fleurs Fanées
Ce long couloir, où la lumière semble s'être évaporée.
Loin de mes yeux en pleurs;
Je cherche ma liberté dans la noirceur.
Dans ma solitude, près des fleurs fanées.
La lumière, désir humain,
La quête de chacun, celle qui pour moi est enfouie.
L'apaisement que certains jouissent.
Celle que je n'atteins pas de mes mains.
Pourquoi la vie si elle n'est pas colorée?
Je préfère m'en aller loin dans mon couloir, errer.
Dans ce couloir, où la lumière semble s'être évaporée,
Je ne vois de lumière, je ne fais qu'en rêver.
Dans ma solitude, je suis brisé
Et j'attends la renaissance des fleurs fanées.